Cathédrale ancienne et commerce moderne

 

Non, il ne s’agit pas des marchands du Temple… Le Monde propose cette semaine une série de Florence Aubenas, « Au pays des hypers », qui a une ville languedocienne pour décor.

Dans le premier épisode, cette description :

« En Lozère, la ville de Mende, 12 000 habitants, revendique deux cathédrales : Notre-Dame-et-Saint-Privat et l’Hyper U, seul hypermarché du département.

Le magasin est à couper le souffle, il faut le reconnaître : 7 000 m2, avec une baie vitrée tout le long de la ligne des caisses qui plonge dans un horizon de ciel et de montagnes. Derrière les portillons, des clients attendent l’ouverture, chariots sagement rangés flanc contre flanc. C’est l’entrée principale, majestueuse, qui s’ouvre sur la « pénétrante », l’allée conçue pour faire tourner les têtes »…

(Photo Bonnet & Teissier Architectes)

 

Des vitraux aux baies vitrées, des troncs aux caisses, des portails aux portillons, des missels aux chariots, de la nef à la pénétrante, etc.

 

O tempora, o mores.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

PS (ajouté le 24 août) : Dans l’épisode 5, le directeur, Jean-Michel Brun,modifie la composition de la tête de gondole la plus disputée entre les chefs de rayon à l’entrée du magasin :

« « Virez-moi les débardeurs à 4,95 euros : on met les madeleines », crie-t-il. Brun attrape un transpalette des mains d’un employé. « Il faut faire un mur », suggère Franck, manageur textile. « Une cathédrale, s’enflamme Brun. Le client qui arrive doit se dire : Waouh, c’est pas cher ! » »

 

 

Une pensée sur “Cathédrale ancienne et commerce moderne”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *