Notre-Dame de Guernesey

 

Vingt-cinq ans après l’avoir rédigée, Victor Hugo inscrit Notre-Dame de Paris dès l’entrée de sa maison d’exil à Guernesey où il passera quinze ans (de 1855 à 1870).

 

Artiste total, il n’est pas qu’écrivain ou dessinateur et conçoit sa demeure comme une œuvre dans toutes ses dimensions.

Le vestibule conduit donc à un portail Notre-Dame sur un pilier avec son frontispice, étonnant ensemble néo-gothique.

 

Le saint personnage réapparaît dans la salle-à-manger sous forme de statue qu’il avait précédée de croquis.

 

Autour de Notre-Dame, Hugo inscrit son combat de toujours, cause de son exil, la défense de la liberté et de la République, sur des caissons de chaque côté de la cheminée : « Le peuple est petit mais il sera grand dans tes bras sacrés ô mère féconde ô liberté sainte au pas conquérant tu portes l’enfant qui portera le monde. »

 

Ces éléments sont tirés du documentaire qu’Arte vient de diffuser, Victor Hugo à Guernesey, Exil et création (2019) de Mathilde Deschamps-Lotthé. Il est disponible sur Arte.tv.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *