Ce que vous ne lirez jamais sur ce blogue

 

Le fou de Notre-Dame a pour vocation de baguenauder dans l’univers de la cathédrale de Paris et de flâner aussi sous les voûtes de ses sœurs gothiques.

 

Je suis naturellement entraîné dans des récits de la grande Histoire et de la petite, faits importants et anecdotes.

La voie m’est ouverte vers des éclairages sur la religion.

Les arts me tendent les bras pour montrer leurs interprétations de Notre-Dame, peinture et littérature, cinéma et musique, en fait tous ceux qui en ont été inspirés.

D’autres escapades s’offriront à moi au gré de l’actualité, de l’humeur, de ma créativité ou de ma soif d’apprendre puis de partager.

 

Il est toutefois un domaine où je m’interdis d’entrer : tout ce que des théories, plus ou moins fumeuses, jurent avoir trouvé.

Je ne nie ni ne méprise les secrets des bâtisseurs de cathédrales, maîtres d’œuvre et compagnons.

Je n’en fuirai pas moins toute approche initiatique, ésotérique avec nombre d’or et messages enfouis.

Point d’alchimie, d’hermétisme et de pierre philosophale.

Sans moi, les faces cachées des Templiers, les coulisses des francs-maçons, les civilisations venues d’ailleurs, les visiteurs extra-terrestres expliquant les mystères sacrés.

 

Les cathédrales sont assez troublantes pour qu’on n’y mêle pas le farfelu, l’abracadabrant, le bizarroïde, le rocambolesque.

 

Fou de Notre-Dame, oui ; pas cinglé.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *