Mais c’est qui, cette dame ?

Notre-Dame par ci, Notre-Dame par là…

Sous nos cieux encombrés de signes catholiques, il n’y a pas de doute possible : Notre Dame désigne Marie, la mère de Jésus.

Si c’est une déesse, les autres civilisations et religions en ont à offrir dont Isis (Égypte pharaonique), Innana (Sumer), l’Ishtar (Mésopotamie), Atargatis (Syrie), Héra (Grèce antique), Junon (Rome latine), Shing-Moo (Chine), Shakti (hindouisme), Xiwangmu (taoïsme), Amaterasu (shintoïsme), Épone (mythologie celte), Freyja (germanique), Mari (Pays basque), Mama Qucha (Incas), Xochiquetzal (Aztèques), Abuk (Soudan),Akwaba (Ashantis du Ghana), Amirani (Yorubas), Birrahgnooloo (Aborigènes Kamilaroi), etc.…

Mais chez nous, Marie n’est pas une déesse. C’est une juive de Judée, née juste avant notre ère (… chrétienne). Mariée au charpentier Joseph, elle donne naissance à un garçon à Nazareth, nommé Jésus. Seulement, le vrai père, c’est Dieu et Marie a enfanté vierge, exempte du péché originel. Naît ainsi le dogme de l’Immaculée (sans tache) Conception.    

Sans nom de famille connu (mais il n’y avait pas de carte d’identité alors), cette femme gagne les appellations de Mère de Dieu, Sainte Vierge, Vierge Marie et… Notre-Dame. Nous y voilà.

 Elle a donné lieu à un culte, dit marial, ou dévotion mariale, chez les catholiques et les orthodoxes, ce qui fait hurler la troisième branche chrétienne, les protestants, enclins à dénoncer la mariolâtrie. Le culte d’hyperdulie (du grec υπέρ / hyper, au-dessus, et δουλεία / douleia, servitude) rendu à Marie est à distinguer de celui d’adoration réservé à Dieu.

Je vous salue, Marie.

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *