Les cloches de Notre-Dame

 

Ah, la belle famille… Dix la composent : Anne-Geneviève, Benoît-Joseph, Denis, Emmanuel, Étienne, Gabriel, Jean-Marie, Marie, Marcel, Maurice — par ordre alphabétique.

 

L’aîné, c’est Emmanuel et il loge dans la tour Sud. On le reconnaît à sa taille : c’est le plus gros : 13 230 k de bronze. Âgé de 333 ans, parrainé par Louis XIV, il ne sonne que lors des grandes occasions catholiques ou civile, afin de le préserver. On l’appelle le « Bourdon ». Il donne la note fa# octave 2.

 

Emmanuel cohabite avec Marie, 6 023 k, née en 2012, bourdon comme, lui dont la réalisation a été confiée à une fonderie hollandaise et qui sonne un sol# 2.

 

Les huit autres cloches sont installées dans la tour Nord. Du même âge que Marie, elles ont été fondues à Villedieu-les-Poêles, dans la Manche, qui abrite cette activité depuis le Moyen Âge avec des techniques inchangées. Elles remplacent quatre cloches de 1856 et conservées mais qui sonnaient mal, alors que les précédentes avaient été prélevées pendant la Révolution pour être transformées en boulets de canon

Il y a Gabriel, 4 162 k, sonnant le la# 2 ; Anne-Geneviève, 3 477 k, si 2 ; Denis, 2 502 k, do# 3 ; Marcel, 1 925 k, ré# 3 ; Étienne, 1 494 k, mi# 3 ; Benoît-Joseph, 1 309 k, fa# 3 ; Maurice, 1 011 k, sol# 3 ; Jean-Marie, 782 k, la# 3.

 

Avant d’être placées (Anne-Geneviève, Marcel, Denis et Gabriel au 1er niveau ; Étienne, Maurice, Jean-Marie et Benoît-Joseph au-dessus, au 2e niveau) ont traversé Paris, fin janvier 2013, eté exposées et bénies dans la nef de leur cathédrale, le 2 février.

(Photo Philippe Wojazer, Reuters)
(De g à d : Jean-Marie, Maurice, Benoît-Joseph, Étienne, Marcel, Denis, Anne-Geneviève, Gabriel, bourdon Marie)

 

Quand donc les cloches de Notre-Dame re-tinteront-elles ? Bien malin qui peut avancer une date. Ce sera, en tous cas, avant que ne re-sonnent trois autres, celles qu’abritait la flèche disparue dans l’Incendie.

 

Ce soir-là, les huit de la tour Nord ont affolé les sauveteurs. Si les flammes les atteignaient, elles risquaient de tomber, emportant toute la voûte et la cathédrale se serait effondrée comme un château de cartes. Partout dans Paris, le tocsin n’aurait pas manqué de sonner.

 

Demain, nous parlons de Quasimodo car qui dit cloches dit sonneur de cloches.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

 

2 pensées sur “Les cloches de Notre-Dame”

  1. Comme toujours cher Patrice on apprend tant de choses avec toi !
    Nous ne pouvons pas dire que nous sommes consolés du départ en vacances du Fou de Proust, disons que le Fou de Notre Dame nous fait très habilement passer le temps en attendant son retour ..
    Avec mon amitié et ma reconnaissance
    alexandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *