À la rencontre de Vierges à Évreux

 

Qui dit Notre-Dame dit sainte Vierge — à Évreux comme ailleurs.

Sans les chercher, le fou de Notre-Dame lors de son passage dans la préfecture de l’Eure a croisé quelques statues de la mère du Christ.

 

En fait, la première est un vitrail, dans la chapelle de la Mère de Dieu dans la cathédrale.

L’édifice gothique renferme aussi une sempiternelle statue sulpicienne qui a toujours ses fans.

(Photo prise le 15 août)

 

La cathédrale d’Évreux a pour voisin l’ancien palais épiscopal devenu musée. Une visite (très sympa, le musée) permet d’admirer une Vierge à l’enfant dite de Saint-Léger, une pierre polychrome du XVIe siècle provenant d’une maison de la ville.

 

Autre Vierge à l’enfant, un bois polychrome du XIVe, qui se trouvait dans l’église de Mouettes.

Un panneau montre les six mises en couleurs successives, dites repeints.

 

Direction l’église Saint-Taurin, du nom du premier évêque d’Evreux, qui abrite une Vierge à l’enfant du XVIIe siècle.

 

Un plan de la ville signale une « place de la Vierge » qu’aucune plaque ne confirme sur place mais une niche avec sa Vierge à l’enfant est bel et bien là.

(Photos PL)

 

Elles sont partout et nul ne s’en plaindra.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *