Notre-Dame de Paris ter, Saint-Germain-l’Auxerrois

 

Elles ne sont pas trop de deux pour remplacer la cathédrale capitale…

Outre Saint-Sulpice (voir la chronique — actualisée et enrichie de nouvelles illustrations —Notre-Dame de Paris bis), voici Saint-Germain-l’Auxerrois.

Située en face du Louvre, dans le 1er arrondissement, ancienne paroisse des rois de France, cette église accueille désormais les offices canoniaux du chapitre de Notre-Dame. Le curé du lieu a cédé sa charge au recteur de la cathédrale fermée pour cause d’incendie, Mgr Chauvet.

Elle tient son nom d’un ecclésiastique du Ve siècle, Germain, évêque d’Auxerre.

 

Les fidèles de Notre-Dame y retrouveront un visage familier : la Vierge du pilier.

 

La célèbre statue du XVIe siècle, de près de 2 mètres de haut, a en effet survécu à l’Incendie. Dépolluée, elle est désormais exposée à Saint-Germain-l’Auxerrois.

Elle est décidément baladeuse. D’abord vénérée dans l’ancienne chapelle Saint-Aignan, sur l’île de la Cité, elle est intégrée à la façade de la cathédrale pour remplacer la Vierge détruite sous la Révolution, avant d’être placée par Viollet-le-Duc dans le transept de l’édifice, sur le côté droit, là où se trouvait depuis toujours un autel dédié à Marie. La statue est alors priée sous le vocable « Notre-Dame de Paris », et c’est à quelques pas que l’écrivain Paul Claudel s’est converti le jour de Noël 1886.

La Vierge à l’enfant est située au même endroit que dans Notre-Dame, à droite de l’autel dans le transept.

Le Point qui le raconte ajoute que les chrétiens pourront également vénérer à Saint-Germain-l’Auxerrois la couronne d’épines du Christ. Autre rescapée de la catastrophe, elle doit y être présentée notamment chaque premier vendredi du mois.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *