Flèches vues du volant

 

Interdit aux piétons et aux cyclistes : pas banal pour une œuvre d’art !

Au bord de l’autoroute A10, l’Aquitaine, se dresse une sculpture en métal inox poli miroir de Georges Saulterre, Les flèches des Cathédrales (1989). Elle n’est visible que des automobilistes.

 

Clin d’œil aux flèches de Chartres, elle apparaît avant Dourdan dans le sens Paris-province, sur le territoire de Forges-les-Bains.  Haute de 21 mètres, pesant 30 tonnes, l’œuvre est acquise par Cofiroute pour 106 000 F (16 160 €).

 

L’art autoroutier naît des commandes publiques issues d’un dispositif de 1951, le « 1 % artistique », qui impose aux maîtres d’ouvrage publics de consacrer 1 % du coût d’une construction à la commande ou à l’acquisition d’une œuvre d’un artiste vivant. Il en existe aujourd’hui plus de quatre-vingt le long des autoroutes.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *