Les cathédrales et l’UNESCO

 

L’expression est magique : inscrit(e) au patrimoine mondial…

Pour figurer sur la liste, les sites doivent avoir une valeur universelle exceptionnelle et satisfaire à au moins un des dix critères de sélection.

Des milliers de monuments et de sites à travers le monde ont obtenu ce label. Parmi eux, vingt cathédrales et basiliques. Celles-ci répondent au tout premier : représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain.

 

Sept cathédrales sont élues : Albi, Amiens, Bourges Chartres, Paris, Reims, Rouen.

On y ajoute les trois autres sites religieux que sont la Sainte-Chapelle de Paris, l’abbaye du Mont Saint-Michel et la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay.

En tout, la France aligne quarante-cinq sites.

 

Moi, ça me va (tout en convenant que les classements sont toujours discutables).

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

PS : Les critères de l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (acronyme anglais : UNESCO) :

1 – Représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain.

2 – Témoigner d’un échange d’influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l’architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages.

3 – Apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue.

4 – Offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine.

5 – Être un exemple éminent d’établissement humain traditionnel, de l’utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer, qui soit représentatif d’une culture (ou de cultures), ou de l’interaction humaine avec l’environnement, spécialement quand celui-ci est devenu vulnérable sous l’impact d’une mutation irréversible.

6 – Être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle (Le Comité considère que ce critère doit préférablement être utilisé en conjonction avec d’autres critères).

7 – Représenter des phénomènes naturels ou des aires d’une beauté naturelle et d’une importance esthétique exceptionnelles.

8 – Être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l’histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d’éléments géomorphiques ou physiographiques ayant une grande signification ;

9 – Être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l’évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d’animaux terrestres, aquatiques, côtiers et marins ;

10 – Contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *