Trois saintes reliques de Notre Dame

III – Le clou de la Passion

 

Le clou trouve ses origines dans le trésor du Saint-Sépulcre de Jérusalem. Le Patriarche de la cité sainte le remet, avec d’autres reliques de la Passion, à l’empereur Charlemagne en 799 qui les installe à Aix-la-Chapelle.

Le roi Charles II offre ensuit le morceau de métal à pointe et à tête, long de 9 cm, à l’abbaye de Saint-Denis où les fidèles peuvent le vénérer.

À la Révolution française, il est sauvé par un membre de la Commission temporaire des Arts qui le conserve et le remet en 1824 à l’archevêque de Paris. Il est conservé dans un tube de cristal maintenu par deux volutes.

 

 

Jusqu’à l’Incendie de Notre-Dame, la Couronne, le bois et le clou étaient conservées dans la chapelle absidiale accordée comme chapelle capitulaire des Chevaliers de l’Ordre Équestre du Saint Sépulcre de Jérusalem, gardiens statutaires des Reliques de la Passion. Ils étaient installés sur l’autel de la cathédrale chaque premier vendredi du mois et chaque vendredi de Carême à 15 h, heure de la mort de Jésus Christ.

Faux avérés relevant de l’idolâtrie ou réelles reliques dignes de dévotion ? C’est à l’appréciation de chacun dans le respect des convictions qu’aucune démonstration ne saurait modifier.

 

Demain, une autre relique, royale.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *