La leçon du maire de Chartres au président Macron

 

Il manquait au chef de l’État une contribution pour dessiner l’avenir de Notre-Dame de Paris. Heureusement, M. Gorges vint et l’Écho républicain remplit son rôle.

 

Lisez plutôt cet article dans l’édition du jour sous le titre « Le courrier de la semaine » :

« La relation épistolaire de Jean-Pierre Gorges avec le président de la République a été marquée, cette semaine, par une nouvelle page, ou plutôt une nouvelle lettre, adressée par le maire de Chartres à Emmanuel Macron.

Dans un courrier, daté du 21 novembre, le maire de Chartres Jean-Pierre Gorges évoque la querelle des anciens et des modernes sur la reconstruction de la flèche de la cathédrale de Paris entre ceux qui attendent une relecture contemporaine et ceux qui prônent sa restauration à l’identique.

Le maire de Chartres rappelle que le joyau architectural de la capitale de la Beauce a aussi brûlé, en 1836 : « Nous avons su la reconstruire en moins de cinq ans. Une nouvelle toiture en cuivre coiffe les murs de la vieille dame millénaire. »

L’élu joint à son courrier un ouvrage décrivant l’exemple « d’un processus vertueux », qui a permis à Chartres « de mettre la technologie la plus récente au service de l’esprit médiéval ».

Sur le fondement de l’exemple chartrain, l’élu « invite » le Président à restituer « Notre-Dame comme nous l’avons aimée, en mettant nos techniques de pointe au service de l’esprit qu’elle diffuse au monde ».

Le quotidien d’Eure-et-Loir estime qu’une explication s’impose pour cette ultime phrase : « Entre passéisme et avant-gardisme, il propose une troisième voie : une réécriture du passé avec les outils d’aujourd’hui. »

Si j’ai bien compris, le contemporain viendrait à l’aide de l’histoire, un souffle d’air d’aujourd’hui ferait revivre l’hier, de l’actuel renaîtrait l’antérieur, et du récent, l’ancestral — si j’ai bien compris, bien sûr.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

J’ai d’autant plus de plaisir de publier cette chronique — ma 202e — que celle d’hier titrée « Amiens en lumière, Macron et moi » a eu l’honneur de quatre fois plus de visites que les autres. Il en va des mots comme des murs, certains sont porteurs !

 

 

 

2 pensées sur “La leçon du maire de Chartres au président Macron”

  1. Les seules techniques de pointe que connaisse macron, c’est le « mershandising » de Notre-Dame au profit de celui qui habille gracieusement sa femme et qui déshabille toute maison de son monopoly géant qu’est Paris pour lui. La flèche sera l’occasion de faire le mall commercial sur le toit au lieu de le faire en sous-sol comme le préconisait François Hollande, une bonne manière de se démarquer de Zozo comme il appelle celui qui l’avait nommé au Finances. On imagine un escalier mécanique aussi exaltant l’esprit féodal de bas en haut pour faire monter la quincaillerie et les fidèles du pape du Luxe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *