Suivez la crèche

 

Il est né le divin enfant et les santons de la cathédrale de Paris ne sont pas restés enfermés dans leurs cartons… Les flammes du 15 avril auraient dû logiquement leur assigner ce triste sort, mais le bon Dieu des crèches veillait.

 

Lisez ce qu’en a écrit le site catholique Aleteia :

« La crèche, exposée habituellement à Notre-Dame de Paris, a été transférée exceptionnellement à la cathédrale Notre-Dame de Verdun en raison de l’incendie du 15 avril dernier.

La crèche de l’association du Salon international des santonniers d’Arles avait l’habitude, depuis quatre ans, de prendre ses quartiers dans la cathédrale de Notre-Dame de Paris pour laquelle elle a été conçue. Mais depuis l’incendie du 15 avril dernier, celle-ci se retrouve orpheline.

Heureusement, grâce à l’amitié qui lie l’intendant de la cathédrale de Paris et le diacre de celle de Verdun, la crèche provençale a trouvé refuge dans la Meuse. Constituée de plusieurs centaines de santons de tailles différentes, la crèche se situe dans un décor de village du XIXe siècle au milieu de plusieurs dizaines de petits bâtiments joliment éclairés de l’intérieur. Le jour de l’Incendie, les créchistes travaillaient d’ailleurs à son amélioration avec notamment une nouvelle mise en scène. Cette crèche gigantesque, d’une surface de 35m2, est l’œuvre de Lise Berge, santonnière Meilleur Ouvrier de France, et de Alain Deymier qui a réalisé la mise en scène. La crèche sera visible dans la cathédrale jusqu’au 2 février 2020. »

 

Je récapitule : le berceau de Bethléem interprété par des Provençaux pour la capitale française a trouvé refuge dans la Meuse.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *