Il y eut une première pierre

 

Hommage à l’architecte inconnu… L’homme qui a bâti Notre-Dame de Paris restera à jamais anonyme.

 

L’édifice qu’il conçoit est exceptionnel : 127 mètres de long, 40 de large et 33 de haut. Pour la première fois, des arcs-boutants sont expérimentés. Jusqu’au milieu du XIIIe siècle, sa cathédrale est le plus vaste monument religieux du monde occidental.

 

La seule information connue sur lui est qu’il est contemporain de Maurice de Sully ! L’homme, qui décide de la construction, est évêque de Paris de 1160 à 1196. Rien d’aristocratique dans sa particule : fils d’un bûcheron, il porte le nom de sa ville d’origine, située sur la Loire.

Quand il accède à la cathèdre, une cathédrale est présente sur l’Île de la Cité depuis le IVe siècle, Saint-Étienne. Mais Maurice de Sully a un vaste projet en tête : la réorganisation de la totalité de la structure urbaine et religieuse avec l’officialisation de douze paroisses de plein exercice dans la ville. Cela passe par la libération de l’enchevêtrement de rues qui gêne l’accès à la cathédrale. L’évêque prévoit donc le percement de la rue Neuve qui doit déboucher sur un parvis prévu à l’emplacement de l’édifice à démolir.

Le plan de la cathédrale prévoit cinq vaisseaux se terminant par un double déambulatoire. Il envisage d’atténuer la traditionnelle séparation entre les fidèles et les religieux. Le transept et la nef sont ainsi libérés pour les fidèles, séparés de l’officiant par une simple clôture basse leur permettant de voir le maître-autel. Le chœur est placé à l’ouest, les chanoines au nord, tandis qu’une entrée sud est réservée à l’évêque. Tout concourt à construire une communauté soudée.

 

On sait aussi qu’il y a des apprentis, des compagnons et tout un petit peuple pour travailler sur le chantier, mais, sur leur chef, mystère complet.

 

Les noms des successeurs de Maurice, eux, sont connus : Odon de Sully (parfois appelé Eudes et sans lien de parenté), évêque jusqu’en 1208, Pierre de Nemours, jusqu’en 1219, Guillaume de Seignelay, jusqu’en 1223, etc.

 

Les premiers maîtres d’œuvre identifiés apparaissent dans la deuxième moitié du XIIIe siècle et au début du XIVe.

Le premier est « Maître Jean, tailleur/architecte de Chelles », mort en 1267. Suivent Pierre de Montreuil, Pierre de Chelles, Jean Ravy, Jean Le Bouteiller, présent jusqu’en 1363, et Raymond du Temple.

 

La tradition a retenu que la première pierre de Notre-Dame de Paris a été posée qu’entre le 24 mars et le 25 avril 1163. Il y avait là le pape Alexandre III, le roi Louis VII, l’évêque Maurice de Sully et, sans nul doute, le maître d’œuvre, demeuré sans nom connu.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *