Découpage d’échafaudage, mode d’emploi

 

Propos éclairants et lumineux à consulter pendant tout l’épisode du sauvetage de Notre-Dame de Paris consistant à se débarrasser de l’échafaudage mis en place pour rénover sa flèche.

C’est à lire dans Paris-Match de cette semaine :

 

Le déroulé est signé Didier Cuiset, patron d’Europe Échafaudage. Il l’avait installé et c’est lui qui a pour mission de le faire disparaître.

 

« Pour poser [des poutres d’acier longues de 28 mètres et lourdes d’une tonne chacune qui vont ceinturer l’échafaudage sur trois niveaux], on a construit des structures adjacentes. Le but du jeu c’est de ne pas faire reposer la charge sur la partie incendiée, mais de la distribuer sur les pieds de l’ancien échafaudage, c’est-à-dire sur la base d’origine que nous avons renforcée.

Puis débutera la dépose du niveau supérieur. La manœuvre s’annonce assez simple, elle s’effectuera à la nacelle car cette partie n’est pas fermée et les tubes d’acier n’ont pas fusionné. On va déboîter les pièces et brider de nouveau avec des poutres pour éviter que l’échafaudage ne se referme. Quand ça sera fait, on montera un nouvel échafaudage sur le plancher sud, un autre sur le plancher nord. Ils s’élèveront plus haut que l’ancien. Une poutre maîtresse y sera ajoutée. De là, les cordistes de l’entreprise Jarnias — nos « écureuils » — procèderont à la découpe de la portion qui a le plus souffert. Ils utiliseront une scie sabre car elle n’émet pas d’étincelles. Auparavant, chaque fragment sera enduit d’un gel qui évitera les dispersions de poussières de plomb.

On va y aller tout doux, petit à petit. Nous devrons d’abord égaliser certains endroits de manière à obtenir le même poids partout. Les morceaux les plus lourds seront évacués grâce à la grue qui vient d’être installée.

Enfin, le reste de l’échafaudage sera démantelé par mon équipe à l’aide de nacelles, d’une grue et d’un palonnier fabriqué sur mesure. Au final, 200 tonnes d’acier, soit 35 000 tubes, iront à la poubelle. »

 

Ça devra être une vraiment grande poubelle !

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *