Notre-Dame les pieds dans l’eau

C’était il y a 110 ans… Pendant une semaine de janvier 1910, les Parisiens voient leur fleuve monter à des hauteurs qu’ils n’avaient pas vues depuis 1638.
Commencée le 21, la crue atteint son maximum le 28, à 8,62 m sur l’échelle hydrométrique du pont d’Austerlitz. La ville est inondée et dans plus d’un quartier la circulation se fait en barques.

L’Île de la Cité mérite plus que jamais son nom et si elle n’est pas l’édifice le plus touché, la cathédrale de Paris n’est pas moins atteinte par les flots.
Le Parvis prend des allures de port de pêche. Des matelots déchargent des canots et des chaloupes de toiles ainsi que des ceintures de sauvetage. Ces embarcations sont dirigées vers les quartiers où ils peuvent être utiles.

Dans Notre-Dame, le sous-sol baigne dans l’eau.
Le Petit Parisien, 27 janvier :

Vue sous tous les angles, la cathédrale est plus que jamais cernée.

Des tours, la vue…

Badauds invétérés, les Parisiens viennent contempler ce qui se passe.

 

Le 30 janvier est un dimanche. Aussi, une grande foule vient voir sur les bords de la Seine l’étendue de la crue, alors en perte de vitesse.

Compte rendu par le Petit Parisien du 31 janvier :

L’eau n’était pas bénite.

 

Foi d’incroyant…
Patrice Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *