Dormir pour l’éternité à Notre-Dame

 

C’était leur maison, ce sera leur tombe… Les évêques et archevêques de Paris en tête, des occupants des sépultures de la cathédrale capitale. D’autres ecclésiastiques leur tiennent compagnie ainsi que des parents, des grands serviteurs de l’État, des restes d’altesse ou de souverains…

 

Les tombes sont réparties entre le chœur, la nef et la moitié de la trentaine de chapelles des bas-côtés réservées aux familles qui les ont payées.

Trois événements ont bouleversé leur sommeil éternel : le remaniement du chœur au début du XVIIIe siècle suivi du creusement de la crypte au milieu du chœur réservée aux archevêques de Paris et du nouveau pavement recouvrant des dalles funéraires.

 

État des lieux des chefs du diocèse enterrés à Notre-Dame, au 15 avril 2019, que l’Incendie ne devrait pas avoir bouleversé.

 

Évêques de Paris

Le premier bâtisseur de Notre-Dame, Maurice de Sully, n’y repose pas. Il est enterré, comme d’autres évêques dans l’abbaye Saint-Victor, là où se trouve aujourd’hui la faculté des Sciences de Jussieu. Il ne reste aucune trace de sa tombe.

Il faut attendre le deuxième pour qu’un évêque soit enterré dans la cathédrale.

Odon (ou Eudes) de Sully (1197-1208 ; 74e) ; inhumé à l’entrée du chœur ; son tombeau disparaît lors du réaménagement du chœur.

Pierre II de la Chapelle (ou de Nemours) (1208-1219 ; 75e) ; inhumé dans le chœur.

Gauthier de Château-Thierry (1249-1250 ; 79ème) ; inhumé dans le chœur, aux pieds d’Odon de Sully.

Étienne Tempier (1268-1279 ; 81e) ; inhumé derrière le grand autel.

Renaud (ou Ranulfe ou Renoul) d’Homblières (1280-1288 ; 82e) ; inhumé dans le chœur.

Simon Mattifas dit de Bucy (1290-1304 ; 83e) ; inhumé en face de la chapelle Notre-Dame des Sept Douleurs.

Étienne III de Bouret (1320-1325 ; 85e) ; inhumé dans le chœur.

Hugues Michel de Besançon (1326-1332 ; 86e) ; inhumé dans le chœur.

Étienne de Poissy (1363-1373 ; 92e) ; inhumé dans le chœur.

Aymeric de Maignac, dit le cardinal de Paris (1373-1384 ; 93e) ; inhumé dans le chœur.

Pierre d’Orgemont (1384-1409 ; 94e) ; inhumé dans le chœur.

Jacques du Chastelier (1427-1438 ; 99e) ; son tombeau disparaît lors du réaménagement du chœur.

Denis Dumoulin (1439-1447 ; 100e) ; inhumé dans le chœur, près du grand autel ;

Guillaume Chartier (1447-1472 ; 101e) ; son tombeau disparaît lors du réaménagement du chœur.

Louis de Beaumont de la Forêt (1472-1492 ; 103e) ; inhumé à la porte du chœur ; son tombeau disparaît lors du réaménagement du chœur.

Gérard Gobaille (1492 ; 104e) ; inhumé dans le chœur.

Jean-Simon de Champigny 1492-1502 ; 105e) ; son tombeau disparaît lors du réaménagement du chœur.

François Poncher (1519-1532 ; 107e) ; successeur de son oncle Étienne Poncher devenu évêque de Sens dont seul le cœur est inhumé à Notre-Dame ; lui est inhumé dans le chœur.

Guillaume Viole (1564-1568 ; 110e) ; son tombeau disparaît lors du réaménagement du chœur.

Pierre de Gondi (1568-1598 ; 111e) ; démissionne en faveur de son neveu.

Henri de Gondi, (1598-1622 ; 112e et dernier évêque de Paris) ; inhumé dans la chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, dite des Gondi.

 

Archevêques de Paris

En 1622, sur recommandation de Louis XIII, le pape Grégoire XV élève le diocèse de Paris au rang d’archidiocèse métropolitain.

 

Jean-François de Gondi (1622-1654 ; 113e et 1er archevêque) ; inhumé dans la chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, dite des Gondi.

Pierre de Marca (1662 ; 3e et 115e, mort avant d’être installé) ; inhumé devant la chaire épiscopale ; son tombeau disparaît lors du réaménagement du chœur.

Paul-Félix Hardouin de Péréfixe de Beaumont (1664-1671 ; 4e et 116e) ; son tombeau disparaît lors du réaménagement du chœur.

François Harlay de Champvallon (1671-1695 ; 5e et 117e) ; inhumé dans le chœur vis-à-vis de la chaire épiscopale ; sépulture disparue, entrailles dans la chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, dite des Gondi.

Louis-Antoine de Noailles (1695-1729 ; 118e et 6e) ; inhumé dans la chapelle Saint-Louis.

Charles Gaspard Guillaume de Vintimille du Luc (1729-1746 ; 119e et 7e) ; inhumé dans la crypte des archevêques de Paris.

Jacques-Bonne Gigault de Bellefonds (1746, mort de la petite vérole quatre mois après son accession ; 120e et 8e) ; inhumé dans la crypte des archevêques de Paris.

Christophe de Beaumont du Repaire (1746-1781 ; 121e et 9e) ; inhumé dans la chapelle Saint-Ferdinand, mais son cœur repose dans une chapelle en Dordogne.

Antoine-Éléonor-Léon Le Clerc de Juigné (1782-1802, émigré de 1791 il rentre en 1802 et démissionne à la demande du pape pour faciliter la conclusion du Concordat ; 122e et 10e) ; mort à Paris, en 1811, il est inhumé au cimetière commun. Au retour du roi, le chapitre fait exhumer et transporter le corps de Juigné dans le caveau destiné à la sépulture des archevêques.

Jean-Baptiste de Belloy (1709-1808 ; 11e et 123e) ; inhumé dans la chapelle Saint-Marcel, dite de Vintimille.

Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord (1817-1821 ; 12e et 124e)

Hyacinthe-Louis de Quélen (1821-1839 ; 13e et 125e) ; inhumé dans la chapelle Saint-Marcel, dite de Vintimille.

Denys Affre (1840-1848, mort après avoir reçu une balle sur une barricade parisienne ; (14e et 126e) ; inhumé dans la chapelle Saint-Denis ; un gisant, œuvre du sculpteur Auguste-Hyacinthe Debay, le représente au sol, mortellement blessé.

Marie Dominique Auguste Sibour (1848-1857, tué à coup de poignard par un ancien curé à l’église Saint-Etienne -du-Mont ; 15e et 127e)

François Nicolas Madeleine Morlot (1857-1862 ; 16e et 128e)

Georges Darboy (1862-1871, fusillé par les Communards ; 17e et 129e)

Léon-Adolphe Amette (1908-1920 ; 20e et 132e)

Louis-Ernest Dubois (1920-1929 ; 21e et 133e) ; inhumé dans la crypte tandis que son gisant est déposé au sud-est du déambulatoire, contre la clôture du chœur.

Jean Verdier (1929-1940 ; 22e et 134e)

Emmanuel Suhard (1940-1949 ; 23e et 135e)

Maurice Feltin (1949-1966 ; (24e et 136e) ; inhumé dans le caveau des archevêques de Paris.

Pierre-Marie-Joseph Veuillot (1966-1968 ; 25e et 137e)

Jean-Marie Aron, Lustiger (1980-2005 ; (27e et 139e) ; inhumé dans la crypte.

 

Au total, depuis que Notre-Dame existe, près d’un tiers des évêques et archevêques de Paris ont été enterrés sur leur lieu de travail. Quelle nécropole !

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

Sources : sites Paristoric et tombes-sepultures.com

 

PS : Joseph Hippolyte Guibert (1871-1886 ; 18e et 130e) est enterré, selon son désir dans la crypte du Sacré-Cœur, basilique qu’il a fait construire. Auparavant, il a droit à des funérailles à la cathédrale, le 16 juillet. Charles de Freycinet, qui cumule la fonction de Président du Conseil avec celle de ministre des Affaires étrangères, ne souhaite pas y assister aux obsèques : il se contente de regarder passer le cortège des fenêtres du ministère des Affaires étrangères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *