Écrire en gothique

De l’influence des cathédrales sur l’écriture… Une nouvelle forme de l’alphabet latin apparaît à la fin du Moyen-Âge. Jusqu’alors, en a connu deux : la cursive romaine, au tracé rapide…

… puis la minuscule caroline, ronde et régulière, apparue vers 780 sous l’impulsion de Charlemagne.

Toutes ces lettres sont écrites à la main. L’imprimerie est loin d’être inventée.  

Le gothique naît dans le nord de la France, la Flandre et l’Angleterre avant de s’étendre à l’Allemagne. Ses lettres sont anguleuses, épaisses et serrées. 

On parle de « lettre noire » (black letter ou blackletter en anglais). Les Allemands préfèrent écriture « brisée » (gebrochene Schrift), car les arrondis sont brisés, évoquant les arcs de l’architecture gothique. Le médiéviste Charles Higounet estime que « la coïncidence entre la brisure de l’écriture et la généralisation de l’arc brisé est trop frappante pour avoir été entièrement fortuite ».

Y-a-t-il d’autres explications à cette déformation, comme la forme carrée du bec de la plume, comme le pense Émile Javal, ophtalmologue passionné de typographie ? Toujours est-il qu’au XIIIe siècle, la gothique « textura » devient l’écriture de l’Europe occidentale. C’est le premier type de caractères utilisé par Gutenberg.

Bible de Gutenberg

Suit aux XIV et XVe siècles la gothique « rotunda », plus ronde, en usage pour les textes de théologie et de droit.

Gothique rotunda

Une autre écriture, dite humanistique, se développe au XVe siècle en Italie. Elle marque le retour de la minuscule caroline enrichie de la monumentale romaine qui vient de loin.

Ces caractères supplantent vite les gothiques en Europe. Cependant, les Allemands résistent et inventent, au début du XVIe siècle, l’écriture Fraktur ( Frakturschrift). Il faudra attendre Hitler pour que ce gothique germanique soit abandonné.

Que reste-t-il de ce passé gothique de nos jours ? Quelques enseignes…

… ou manchettes, telle celle du vénérable quotidien vespéral français.

Quant à mon ordinateur, il peut choisir le Century Gothic, le Franklin Gothic, le HGPGothicE, le Malgun Gothic, le MS Gotic, le News Gothic MT, mais moi j’écris en Times New Roman. Tiens, du roman pour le gothique, c’est grand, c’est chic !

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *