C comme canicule et comme cathédrale

Les citadins rêvent de sous-bois et d’eau fraîche en remèdes à la chaleur qui les accable… La presse de province n’est pas la dernière à s’en faire l’écho.

Il est un lieu insurpassable pour trouver des températures qui ne donnent pas un avant-goût de l’Enfer. Il y a mieux et plus près que les hauts arbres des forêts, Autre avantage, ce refuge est moins cher que les piscines chlorées, les salles obscures et les baignoires de théâtre.

Rien de tel que les vieilles pierres pour se protéger de la canicule. Et là, une cathédrale, c’est insurpassable. Imperméables aux fortes températures, ses murs offrent en plus un gratuit bain de culture, une cure de spiritualité en prime pour qui le souhaite.

Le journal régional le Progrès ne s’embarrasse pas de finesse pour vanter les vertus de la cathédrale du Vieux-Lyon : « Pas besoin de croire en Dieu pour aller se rafraîchir dans un lieu saint ! Et là, pas besoin de climatisation ! Attention à ne pas s’installer trop près des cierges, au risque d’avoir une petite suée. »

Délicat !

Moi, le seul fait de penser à la splendeur de Notre-Dame de Chartres, si proche et pas qu’en distance, me fait supporter les folies du thermomètre à Illiers-Combray.

(Photo PL)

Les cathédrales en remède contre la fièvre météorologique, ça me ravit.

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

PS : Pareillement, l’hiver, les cathédrales offrent une bienfaisante chaleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *