Cathédrales en flammes

Amiens, Somme

Coups du sort… Recevoir la foudre n’est pas banal. Être à nouveau frappé l’est encore moins. La cathédrale d’Amiens l’a pourtant vécu deux fois en trois siècles.

Avant sa construction, la ville a déjà connu des incendies : en 850 lors d’une invasion viking, puis en 1019, en 1107 encore. Les lieux de culte sont réduits en cendres. Décision est prise d’édifier une nouvelle église. Dans le style roman, elle voit le jour au XIIe siècle. Est-t-elle déjà Notre-Dame ? Je suis sans lumières à ce sujet.

En 1218, la foudre tombe sur la flèche de cette cathédrale. Les charpentes prennent feu. Le toit s’embrase à la vitesse de l’éclair et, rapidement, le bâtiment tout entier s’écroule dans les flammes.

Dieu merci, sous le règne de Philippe-Auguste, la cité picarde est fort prospère. Le commerce de la guède ou pastel des teinturiers assure sa fortune. La bourgeoisie contribue largement au financement de la nouvelle cathédrale voulue par l’évêque Évrard de Fouilloy, qui voit grand. Elle sera la plus grande, plus belle, inégalée dans toute la chrétienté. La générosité marchande explique que la chapelle axiale de la Vierge soit dédiée à l’origine à « Notre-Dame drapière », car, cette fois, c’est sûr, elle est bien dédiée à la Sainte Mère.

Les travaux commencent deux ans après le sinistre. Sous le nouvel évêque, Gérard de Courcy, un incendie ravage les chapelles absidiales. Bâtisseurs et bienfaiteurs redoublent d’ardeur.

Cinq ans plus tard, une nouvelle flèche se dresse fièrement au-dessus d’Amiens. Tout le monde contribue : les fidèles donnent des sous et le roi offre des arbres. François 1er fait couper des chênes de la forêt de Hetz, dans l’Oise. Les bois de la flèche qui en sortent sont couverts de plomb, lui-même habillé à la feuille d’or. Le sommet se trouve à 112,7 m.

Sautons les siècles. En 1528, la cathédrale resplendit quand, le 15 juillet, la foudre refrappe sa flèche. La charpente est sauvée grâce à la population qui se mobilise pour lutter contre l’incendie. Enfin, c’est ce que rapporte la chronique, Mais, les trombes d’eau orageuses ont été d’un plus grand secours car — comme l’écrit le Courrier Picard (le journal de maintenant) —, « monter de l’eau à main d’homme (et de femmes) jusque sous les combles, à plus de quarante-deux mètres de hauteur, même par une chaîne humaine, eut été un impossible exploit. »

La nouvelle flèche fait peser sur les maîtres piliers du transept une charge de cinq cents tonnes, dont soixante-et-onze de plomb. Elle servira de modèle à Viollet-le-Duc en 1860 pour l’érection de la Flèche de Notre-Dame de Paris disparue dans l’incendie du 15 avril 2019.

La boucle est bouclée. À Amiens, veillent les pompiers.

(Photo Courrier Picard)

Demain, Chartres, en Eure-et-Loir.

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *