Indispensable Hugo

 

Jouons au furet avec Hugo… Le mustélidé est doté d’une sacrée curiosité et c’est le verbe « fureter » que l’écrivain de 28 ans choisit pour commencer sa déclaration d’amour à une cathédrale, Notre-Dame de Paris.

 

Quels sont les premiers mots de sa préface ? « Il y a quelques années qu’en visitant, ou, pour mieux dire, en furetant Notre-Dame, l’auteur de ce livre »… Suit la médiévale histoire de Quasimodo et de la Esmeralda entre les tours (de la cathédrale) et la  cour (des miracles).

 

Après moult décorticages dans un blogue précédent, essayons-nous donc au furetage — pénétrons, fouillons et découvrons donc.

 

Avec Maurice de Sully, l’évêque fondateur qui l’a précédé, et Viollet-le-Duc, le refondateur qui l’a suivi, l’écrivain est le visionnaire sans qui la cathédrale ne serait pas avec nous, en attente de sa renaissance.

 

Roman aussi foisonnant que moyen-âgeux, Notre-Dame de Paris narre les éternelles histoires d’amour et de mort. Dans un tourbillon, Esmeralda aime Phœbus, Phœbus aime Fleur-de-Lys, Quasimodo aime Frollo, Frollo aime Esmeralda, Pierre Gringoire, marié à Esmeralda, aime Djali (sa chèvre), Djali aime Esmeralda et Clopin Trouillefou protège Esmeralda.

 

Clopin Trouillefou est abattu d’un coup d’arquebuse, acculé à Notre-Dame, alors qu’il lutte contre les soldats du roi avec sa faux, Paquette meurt d’un coup à la tête, sur le pavé, devant le Trou-aux-Rats, Esmeralda périt pendue au gibet de Montfaucon, Jehan est fracassé par Quasimodo, contre la muraille de la cathédrale, Frollo est précipité par le même du haut d’une tour de la même et Quasimodo se laisse mourir sur le corps d’Esmeralda.

 

Dominant tous ces personnages, la véritable héroïne hugolienne est Notre-Dame de Paris.

Ouverture du chapitre I du Livre troisième : « Sans doute c’est encore aujourd’hui un majestueux et sublime édifice que l’église de Notre-Dame de Paris. Mais, si belle qu’elle se soit conservée en vieillissant, il est difficile de ne pas soupirer, de ne pas s’indigner devant les dégradations, les mutilations sans nombre que simultanément le temps et les hommes ont fait subir au vénérable monument, sans respect pour Charlemagne qui en avait posé la première pierre, pour Philippe-Auguste qui en avait posé la dernière. »

 

Par son livre, l’écrivain prometteur de 26 ans sensibilise l’opinion publique à l’urgence du sauvetage de la cathédrale alors délaissée.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *