La bibliothèque de l’Incendie

 

Le fou de Notre-Dame a la chance de bénéficier de l’expérience du fou de Proust… Des chroniques, ça ne se trouve pas sous les roues d’une victoria à huit ressorts. Une documentation, des ouvrages sont utiles et entraînent des frais. Pourtant bien décidé à ne pas abuser des encombrements et des dépenses, j’ai pu limiter la place dévolue à l’étude d’À la Recherche du temps perdu.

 

Pour la cathédrale de Paris et sœurs gothiques, j’ai d’ores et déjà fait l’acquisition d’un meuble dédié à trente-trois compartiments.

 

Les articles et revues s’entassent déjà.

 

Étalés, les magazines, ça donne ça.

 

Mais, par-dessus tout, je craignais de me ruiner en livres suscités par l’Incendie, par Notre-Dame enflammée le 15 avril dernier. J’ai acheté tout ce qui a été publié. Tout !

 

Est-ce tout ? Ben, oui ! Entre des serre-livres, ce n’est pas plus impressionnant.

(Photos PL)

 

Je me demande si je n’ai pas vu un peu grand.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *