Cathédrale, en dix lettres

 

Cathédrale… c, a, t, h, é, d, r, a, l, e.

 

Si le Verbe s’est fait chair (comme dit l’évangéliste Jean), la chaire peut bien se faire verbe !

 

Au départ, apparaît la grecque kathedra — de katá (en bas) et hédra (siège). On s’y assied. Les Romains l’adoptent et l’adaptent en cathedra. Cette chaise pour des séants indifférenciés devient chaire pour des fesses professorales.

L’Église s’en saisit pour en faire le siège d’un évêque. Le premier d’entre eux, le pape, s’exprime du haut de celui de Pierre. Il parle alors ex cathedra — avec autorité, solennellement. Par extension, de façon doctorale, dogmatique.

 

Ainsi naît « cathédrale ». La première édition du Dictionnaire de l’Académie française, en 1694, y voit d’abord un adjectif féminin : « Ne se dit que de la principale Eglise d’un Evesché. L’Eglise cathedrale. Chanoine de la cathedrale. Et subst. La cathedrale. »

 

En 1740, le Dictionnaire de Trévoux, commence aussi par un long article sur l’« adj. fem. » : « Eglise qui est le siège d’un Evêque ou d’un Archevêque. Ecclesia Cathedralis, Templum in quo sedes est Episcopi. C’est toujours la principale de la Ville où elle est bâtie… »

Il y ajoute un court article : « CATHÉDRALE, est aussi un substantif féminin. On dit, l’Eglise de Notre-Dame est la Cathédrale de Paris. Les cathédrales de Bourges, d’Amiens & de Beauvais, sont les trois plus belles Eglises du monde. »

Ce même Dictionnaire universel françois et latin contenant la signification et la définition tant des mots de l’une et l’autre langue, avec leurs différents usages, que des termes propres de chaque état et de chaque profession fait suivre par les entrées CATHÉDRANT, Celui qui enseigne en chaire ; CATHÉDRATIQUE, droit des évêques d’Espagne, plus Docteur cathédratique… »

 

L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, dix-sept volumes publiés entre 1751 et 1772, écrit, à l’article « chaise » que « la cathedra, des Romains, étoit un siége sur lequel les femmes s’asseyoient & se faisoient porter : il étoit rembourré & mou comme les nôtres. Les valets destinés à porter ces chaises s’appelloient cathedrarii : on donnoit encore à Rome le nom de cathedra, chaise, aux siéges qui servoient aux maîtres d’école. C’est de là qu’a passé dans l’Eglise le mot cathedra qui se dit du siége de l’Evêque, & le mot cathédrale qui désigne une puissance ou jurisdiction. »

 

Passons à ce mot : « sub. f. (Hist. ecclés.) On entend par ce mot l’église épiscopale d’un lieu. Ce nom lui a été donné du mot cathedra, ou siége épiscopal. On tire l’origine de ce nom, de ce que les prêtres, qui composoient l’ancien presbyterium avec leur évêque, étoient assis dans des chaires à la maniere des Juifs dans leurs consistoires, & que l’évêque présidoit dans un siége plus élevé; d’où vient qu’on célebre encore présentement les fêtes de la chaire de saint Pierre à Rome & à Antioche. Il ne faut pas confondre ces anciennes cathédrales avec les églises qu’on nomme aujourd’hui cathédrales, parce que ce mot d’église ne signifioit en ce tems-là qu’une assemblée de Chrétiens & non des temples, comme ils sont bâtis aujourd’hui, & que les Chrétiens n’ont point eu la liberté de bâtir ces temples avant l’empereur Constantin. Néanmoins plusieurs auteurs Espagnols qui ont écrit de l’antiquité de leurs églises cathédrales, assûrent qu’il y en a eu de bâties dès le tems des apôtres: mais tout ce qu’on dit de ces anciennes cathédrales est fabuleux. Quant au nom d’église cathédrale, il n’est pas fort ancien. On appelloit l’église principale, celle où l’évêque célébroit ordinairement, la grande église, l’église épiscopale, l’église de la ville. Le nom de cathédrale n’a été en usage que dans l’église Latine, & depuis le x. siecle. »

 

À la fin du XIXe siècle, le Littré propose à Cathédrale : « (ka-té-dra-l’) adj. f. Se dit de l’église épiscopale d’un diocèse. L’église cathédrale. Substantivement. On a chanté le Te Deum à la cathédrale. Par extension. Nom donné aux grands et beaux monuments de l’architecture chrétienne. La cathédrale de Paris. Nos vieilles cathédrales. Une cathédrale gothique. »

Historique : XVe s.… Fut couronné le roi Jean de Castille ains-né fils du roi Henry, en l’eglise cathedrale de la cité de Burghes, Froissart, II, II, 44. Destruisez cest antipape que les Romains ont, de force et par erreur, creé et mis au siege cathedral de saint Pierre, Froissart, Êthmologie : Provenç. et espagn. catedral ; ital. cattedrale ; du bas-latin cathedralis, de cathedra, chaire, fonction épiscopale. »

 

Pour retomber sur nos pieds, lisons la dernière édition du Dictionnaire de l’Académie :

 

Si « catholique » partage avec. « cathédrale » les quatre premières lettres, il n’en a pas moins une origine différente. Lui aussi vient du grec, katholikos, mais ça signifie général, universel. Quant à « catéchisme (privé du h), il a une troisième source grecque, kathêkhêsis, instruction.

 

Il y a de quoi en perdre son latin.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

PS 1 : J’ai trouvé ceci sans plus de source :

« Rousseau dit, la morgue cathédrale, c. à. d., la morgue d’un Professeur dans sa chaire.
Et pour quiter la morgue cathédrale,
Soufrez, Seigneur, qu’ici de ma morale
J’ose égayer la sèche vérité
D’un dernier trait de la Fable inventé. »

 

PS 2 : Le Dictionnaire de Trévoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *