Le fou de Notre-Dame, la chanson

 

Oui, ça se fredonne… Attention, pépite !

 

Le fou de Notre-Dame est une création de Romain Desmoulins (1881-1939) pour la musique et de Ferdinand-Louis Bénech (1875-1925) pour les paroles.

Sous-titrée Esmeralda, la chanson est naturellement inspirée de Notre-Dame de Paris, le roman de Victor Hugo.

 

Ohé ! Quasimodo

Le vieux sonneur de Notre-Dame

Que regarde-tu de là-haut ?

Eh quoi, c’est une femme.

La cloche sonne, Alléluia

Pour ma fiancée qui vient là

Vit dans mon crâne qui résonne

C’est le bruit de son qui sonne [?]

Esmeralda, Esmeralda

Ma bien aimée

Viens dans mes bras.

L’église entière est illuminée.

On va célébrer notre hyménée.

Esmeralda, fleur de bohème

Viens me griser

De tes plus doux baisers.

Elle est à moi celle que j’aime

Rien désormais ne peut nous séparer.

Pour fêter l’union de nos âmes

Sonnez cloches de Notre-Dame.

Là-bas sur ce bûcher

Mais oui, c’est elle qu’on apporte

Ne crains rien, je vais te sauver.

Trop tard ! Ma belle est morte.

Elle est montée vers le ciel bleu

Comme un bel oiseau du Bon Dieu.

Mais quand au loin la cloche appelle

Elle revient ma tourterelle

Esmeralda, Esmeralda

La cloche sonne, écoute-la.

Voyez tout là-haut cet oiseau blanc

Qui s’avance dans le firmament.

Esmeralda, fleur de bohème

Voltige encore par le ciel azuré

Je te rejoins, bonheur suprême

Toujours, toujours, nous pourrons nous aimer

Car pour toi j’ai laissé mon âme

Dans les cloches de Notre-Dame.

 

Ce chef d’œuvre a été interprété par deux chanteurs à voix de l’entre-deux-guerres, dont Toscani, qui l’a enregistrée en 1932 avec l’orchestre de Victor Alix.

https://www.youtube.com/watch?v=LAEANszIy3w&t=31 s

 

De ce chanteur, on ne sait presque rien, ni son vrai nom, ni ses dates de naissance et de décès. Le site /fredgouin.jimdo.com pense qu’il est natif de Corse, qu’il a fait des études musicales lyriques et que sa carrière discographique réalisée chez Opéra, Pathé, Salabert ou encore Parlophone a produit cent-vingt 78 t entre 1932 et 1939.

 

Dans la même veine, Toscani a également gravé Le carillonneur de Léo Daniderff, Joullot et Bertal, emprunté au répertoire du ténor « Bérard de l’Eldorado ».

 

Le second interprète du Fou de Notre-Dame est mieux connu. Il s’appelle Gaston Théodore Boudon, dit Dona (1870-1957).

 

Hommage du fou de Notre-Dame 2019 à de si augustes devanciers.

 

Prochaine série, Notre-Dame de Paris et le cinéma (mais je ne sais quand).

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *