Mon chouchou de Chartres

 

Mais quel souffle anime-t-il les bâtisseurs de cathédrales ? La question est à la dimension de ces églises monumentales — immense. Et sans doute sans réponse exprimable.

Elle est une des sources de ce blogue, avec l’étincelle qui a déclenché le brasier de l’Île de la Cité.

 

Pour l’illustrer, je ne connais pas de meilleur exemple qu’un des personnages représentés dans Notre-Dame de Chartres.

On parle de milliers d’êtres. Certains sont les plus connus car imposants et divins — Notre-Dame de la Belle Verrière, en vitrail, ou Vierge au Pilier, en bois. Chaque statue de pierre des portails suscite l’admiration. Des animaux même gagnent la célébrité — l’Âne qui vielle.

Ceux-là sont à hauteur d’homme ou bien visibles. D’autres, sans se cacher à la vue, échappent au visiteur. Trop perchés ou trop éloignés, ils suscitent le trouble à l’idée de leurs créateurs sans doute conscients que leur œuvre ne bénéficiera pas de la grâce d’un regard.

 

D’autres, enfin, sont dissimulés sans espoir d’être vus, même aperçus ni devinés. Pour moi, là réside le mystère de la foi. Il s’est trouvé il y a des centaines d’années des artistes à qui l’on demandait de créer des œuvres à tout jamais invisibles !

 

Par définition, je ne puis vous en citer, mais j’en ai pourtant déniché une. C’est encore un animal. Il se trouve dans un pilier du portail, sur le flanc gauche de la cathédrale. Il n’y a que vingt centimètres entre sa niche et le pilier qui lui fait face.

 

Huit animaux sont représentés dans cet octogone, sept sont parfaitement accessibles. Ainsi, les deux qui entourent notre sujet.

 

Dans ma mémoire, mon animal était insaisissable à l’œil. J’y suis retourné pour vérifier et il peut être deviné si l’on insiste, mais pour le saisir en entier, il faut l’appareil photo d’un téléphone portable.

(Photos PL)

 

Dois-je préciser qu’à l’époque l’iphone n’existait pas et l’Amérique pas même inventée ?

 

Un cerf en merveille de la foi.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *