Pharaonique

 

En attendant la prochaine canicule, je lis à la fraîche, les pages que Le Point consacre aux cathédrales.

 

Cela m’a amusé d’abord d’y retrouver, en maître d’œuvre, François Guillaume Lorrain, qui, du temps où j’étais fou non de Notre-Dame mais de Proust, m’avait contacté à propos d’Illiers-Combray pour une nouvelle édition de Ces lieux qui ont fait la France, que ce confrère, normalien et agrégé de lettres modernes, préparait alors.

 

C’est dans son article de tête que j’ai été accroché par un mot mis dans la bouche de Guillaume Poitrinal, président de la Fondation du patrimoine à propos des dangers qui menacent nos joyaux : « On attend les drames pour devoir mener en urgence des chantiers pharaoniques de reconstruction, qui coûtent bien plus cher que s’ils avaient été réalisés auparavant. »

 

Faire référence à une Égypte plus ancienne de plusieurs millénaires parfois pour expliquer la situation des cathédrales médiévales ne manque pas d’audace.

 

J’attends le numéro de l’hebdomadaire consacré aux pharaons qui expliquera les pyramides de Djéser, Khéops et  Snéfrou par leur ambition cathédralesque. Ah, les vertus rafraîchissantes de l’anachronisme.

 

Les cathédrales n’inspirent pas que la presse française. Ainsi, le magazine Time :

On en revient toujours à Notre-Dame.

 

Foi d’incroyant…

Patrice Louis

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *